Adresse
/
Téléphone
Abandonner la mène : Cette expression désigne le fait de placer ses boules de manière judicieuse, de façon à limiter le nombre de points pour l’équipe adverse. On ne cherche plus à prendre le point.
Aganter : Signifie atteindre une boule adverse de manière à l’éloigner.
Ajouter (ou additionner):Situation dans laquelle l’adversaire n’a plus de boules à jouer, alors qu’il vous en reste encore. C’est l’occasion de marquer quelques points supplémentaires.
Appoint : Autre terme pour désigner l’action de pointer.
Arriver à bataille : Fin de partie très serrée, où chaque équipe est en mesure de gagner ou de perdre. Les scores sont alors situés entre 10 et 11 points.
Arriver en chandelle : Boule parfaitement jouée, qui gagne le point.
Arrondir : Faire un mouvement de rotation avec son poignet, de manière à donner un effet à la boule. Ceci ayant pour objectif de réaliser un carreau.
Arroser : Réussir ses tirs en continu.
Assommer : Action d’envoyer une boule vers le haut afin qu’elle se pose directement sur le sol, sans rouler.
Attaquer : En situation d’avantage, frapper (tirer) toutes les boules de l’équipe adverse jusqu’à épuisement de leurs boules.
Avantage : Situation dans laquelle vous avez plus de boules que votre adversaire. A quantité égale, se dit lorsque vous avez le point.
 
 
Balancer : Joueur qui lance ses boules sans s’appliquer, sans conviction, du fait d’un agacement ou énervement.
Balancier : Mouvement entier du bras effectué par un tireur lors d’une frappe, de la préparation du tir au lâcher de la boule.
Balayer : Technique qui consiste à lisser ou aplatir le terrain avant une partie, de manière à éliminer tout obstacle. Attention, ceci est interdit dans le règlement.
Banane : Écart important lors d’un tir par rapport à la boule visée.
Bati-bâti : Expression employée lorsqu’un joueur perd ses moyens, son sang-froid, à cause du stress. Cette situation peut, notamment, arriver lors d’une phase décisive. On dit que le joueur « a le bâti ».
Bec : Se dit d’une boule qui change de trajectoire en touchant le côté d’une autre boule. On dit alors que le joueur a « fait un bec ». Il peut s’agir d’une stratégie pour récupérer le point.
Biberon : Terme employé lorsqu’un joueur colle sa boule au but. « Il a fait un biberon ».
Blesser : Lorsqu’une boule est frappée, mais qu’elle ne s’est pas suffisamment déplacée.
Bombarder : Après reprise du point par l’adversaire, tirer coup sur coup.
Bordures : Joueur qui cherche à faire les petits concours, dans lesquels il n’y aura pas les majors de la pétanque. « Faire les bordures ».
Bouche : Se dit d’un joueur qui parle plus qu’il ne fait. On peut employer l’expression « tirer dans la bouche ».
Bourre : L’expression « tirer la bourre » signifie jouer jusqu’au bout sans partager les prix.
Brancher : Faire des remarques à son adversaire, avec pour objectif de le déconcentrer, de façon que son jeu soit altéré.
Braquer : Technique de déconcentration de son adversaire qui consiste à le regarder de manière intense.
Bras : Partie du corps « en or » pour le jeu de pétanque. Celui des champions est souvent convoité par les autres joueurs. On emploie d’ailleurs des expressions du type « j’aimerais bien avoir un bras comme lui ».
Brochet (ou banane) : Écart de plus de 50cm réalisé par un tireur, par rapport à la boule tirée. On dit également « faire un crocheton ».
But : Petite bille de bois (principalement en buis), auprès de laquelle il faut s’approcher le plus possible pour remporter la mène. On emploie également le terme de cochonnet ou bouchon.

 
 
Cabanon : Terme qui était principalement utilisé dans le Sud de la France, pour désigner les parties jouées en famille le dimanche. Lorsque ces joueurs se présentaient, de manière occasionnelle, à un concours, on les appelait « joueurs de cabanon ».
Cadrages : Parties dont l’objectif est de ramener le nombre d’équipe à un multiple de 2, lors d’un concours.
Cadre : Limites tracées du terrain, au-delà desquelles les boules et buts sont perdus. Les dimensions officielles d’un terrain sont de 4 x 15 m.
Capo (ou craquer) : Mot employé lorsqu’un joueur ne fait plus d’efforts.
Carambolage : Tir permettant d’éloigner plusieurs boules en même temps.
Cardiaque : Mot utilisé lorsqu’un joueur ne supporte pas la pression.
Carreau :Lorsque la boule d’un joueur a dégommé et pris la place précise de la boule adversaire, on dit qu’il y a carreau. C’est le tir idéal.
Casser le bras : Technique pour déconcentrer son adversaire, via un mouvement ou un bruit.
Casquette : Boule tirée qui arrive sur le dessus d’une boule, sans réussir à la déplacer.
Catenaccio : Équipe qui s’attache à défendre plutôt qu’à tirer. Elle n’attaque que lorsqu’elle est sure. Initialement, il s’agissait d’un terme utilisé par l’équipe nationale d’Italie. On dit qu’une équipe « joue le catenaccio ».
Cercle : Espace rond dont disposent les joueurs pour lancer leurs boules. Le règlement officiel stipule que celui-ci doit faire 50 cm de diamètre.
Chargée : Désigne une boule garnie de sable, mercure ou huile.
Chattard : C’est un joueur qui a de la chance.
Chiquer : Terme utilisé lorsqu’une boule touche légèrement une autre boule sur le côté.
Ciseau : Frapper deux boules qui ne sont pas alignées en un seul tir.
Cochonnet : Plus généralement dénommé but, c’est une petite boule en bois à côté de laquelle on doit le plus se rapprocher.
Contre : Lorsque la boule tirée, ou celle visée, frotte le but ou une autre boule du jeu.
Coup de main : Effet non souhaité lors du lâcher de la boule.
Couper : Joli coup qui permet, une fois que vous avez joué, de diminuer le nombre de points de vos adversaires.
Crochet : Mauvais coup dû à une mauvaise ouverture de la main. Ceci se produit, la plupart du temps, pour donner suite à état de stress, fatigue ou température trop faible.
 
 
Défendre le point : Tirer sur une boule adverse qui fait mieux, pour défendre la sienne, bien placée.
Démarquer : Faire perdre un point à son équipe, en tirant ou pointant.
Demi-portée : Envoyer sa boule à peu près à mi-distance entre le cercle et le but. On emploie également le terme de « semi-donnée ».
Devant de boule :Arriver à placer sa boule devant une adverse, gagner le point, et gêner l’adversaire pour son tir.On dit «faire un devant de boule».
Devant : Lancer une boule au maximum à 30 cm devant la boule visée. On parle de « tirer au-devant ».
Donnée : Emplacement précis et idéal où le joueur souhaite voir retomber sa boule, avant qu’elle roule.
Doublette : Équipe formée de deux joueurs, avec trois boules chacun.
 
 
Éclater : Arriver à déplacer plusieurs boules lors d’un même tir, de manière brutale.
Effet : Mouvement de rotation apporté à une boule pointée, afin de faire dévier sa trajectoire à droite ou à gauche, après l’impact au sol. L’expression employée est « donner de l’effet ».
Élimination directe : Mode de concours où toute partie perdue signifie une élimination.
Embouchonner : Coller sa boule au but. On dit également « Faire un biberon ».
Envoyer : Signifier lancer sa boule près du but. Terme synonyme de « porter ».
Envoyer la came : Jouer de manière excellente.
Envoyer les pieds : Tentative d’intimidation ou de déconcentration de son adversaire.
Escagasser : Battre son adversaire de manière écrasante. Terme plutôt employé dans le Sud de la France.
Estanque : Tir qui reste en place, faire un carreau ou un palet. Ce terme tient son origine du mot pétanque.
Être de petite vie : Expression qui signifie se contenter de peu.
Être sur un nuage : Expression qui signifie jouer de façon excellente.
 
 
Farcie :Une boule farcie est une boule truquée dans laquelle du mercure, sable, huile ou gaz ont été ajoutés afin de l’alourdir. Attention à ne pas confondre avec les boules garnies en boule lyonnaise.
Faire la pièce : Choisir qui va entamer la partie avec la méthode du pile ou face.
Faire les mains : Se défendre seul, avec 6 boules, contre une équipe en doublette ou triplette.
Faire marche arrière : Reculer lors d’un tir.
Faire passer : La boule frappée est envoyée plus loin que la boule tirée.
Faire un bon repas : Jouer une belle mène.
Faire un renard : Expression qui signifie réaliser un mauvais point.
Fanny : Coutume du XIXème siècle selon laquelle les joueurs ayant perdu 13 à 0 devaient embrasser publiquement les fesses dénudées d’une serveuse dénommée Fanny. Aujourd’hui, cette femme est représentée sous forme de tableaux ou sculptures, sur lesquels la tradition se perpétue ! Lors d’un score nul, on emploie l’expression « faire Fanny ».
Fer : Toucher la boule de son adversaire lors d’un tir, sans toucher le sol. On emploie l’expression « tirer au fer ».
Filière : Lors d’un concours, jouer à chaque fois contre les équipes les moins fortes. On parle de « d’avoir la filière ».
Forgeron : Joueur qui tape toutes les boules en « tirant au fer ».
Friser la correctionnelle : Expression qui désigne le fait de gagner le point avec sa boule en frôlant une autre placée devant.
Fuser : Boule tirée très fort, qui s’accélère lorsqu’elle touche le sol.
 
 
Galerie : Spectateurs présents lors d’une partie.
Gratton : ameuse petite pierre qui freinerait la boule, et serait à l’origine des mauvais points. On emploie aussi «grattonner».
Gagne : Elle correspond aux 13 points pour gagner une partie. L’expression « Jouer la gagne » signifie qu’un joueur va tenter de gagner la mène en cours. A l’inverse, « Lever la gagne », signifie tout faire pour empêcher l’adversaire de gagner la mène.
Gel : Terme équivalent à « carreau ».
Goutte à goutte : C’est mal parti, le joueur est sur le point de perdre ! « Avoir le goutte à goutte ».
 
 
Interdit : Partie du terrain hors des dimensions autorisées par la Fédération Internationale de Pétanque et Jeu Provençal. Les boules et buts situés ici sont perdus.

 
 
Jouer nature : Lorsqu’un pointeur lance sans effet.
Jouer sous-main : Jouer la paume de la main côté sol.
Jouer sur main : Jouer la paume de la main côté ciel.

 
 
Lunette : Deux boules positionnées côte à côte et qui peuvent être déplacées d’un seul tir.

 
 
Mêlée : Appellation du tirage au sort pour la composition des équipes, lors de concours où l’on s’inscrit en individuel.
Mène : Phase de partie de pétanque, entre le lancer du but et lorsque les joueurs n’ont plus de boules à jouer, ou que le but est perdu.  Une partie est composée de plusieurs mènes.
Mener le bouchon : Correspond au joueur pointeur, qui lance également le but.
Mordre : Terme équivalent à l’athlétisme, qui signifie mettre ses pieds hors du cercle de lancer.
Main (changement de) : Terme qui désigne le fait de relayer son coéquipier parce que celui-ci n’a plus de boules à jouer.
Mains (Faire les) : Être seul contre plusieurs adversaires.
Manger la feuille : Expression employée lorsqu’un joueur est responsable de la perte d’une partie.
Manger la terre : Tout faire pour gagner une partie.
Manquer le département / la terre : Se dit lorsqu’un joueur pointe en dehors du jeu ou qu’il n’atteint pas de boules.
Marque : Se terme a deux définitions. Il s’agit soit du score, soit des traces faites pour indiquer l’emplacement des boules et du but.
Marquer : Obtenir des points avec son lancer, et les prendre en compte dans sa marque.
Melons : Terme qui désigne les très grosses boules.
Mettre table : S’emploie lorsqu’un joueur mène sans difficultés, face à un adversaire qui joue très mal.
Mort(e) : Désigne tout accessoire de pétanque situé en dehors des dimensions autorisées.
Mozart (c’est du) : Boule tirée ou pointée jouée à la perfection.

 
 
Palet : Boule tirée qui s’arrête près du lieu de frappe. On dit « faire un palet ».
Papillons : Envoyer sa boule n’importe où ailleurs que sur la boule visée. L’expression employée est « tirée aux papillons ».
Parapluie (se mouiller avec un) : Perdre contre une équipe qui a un niveau inférieur au sien. Cette expression est surtout employée dans le Var.
Partager :Action de se partager les gains avec ses adversaires, en ne jouant que les coupes ou le titre en fin de concours, via une entente.
Partie : Durée nécessaire pour atteindre les 13 points requis pour la gagne.
Perdre contre pâté : S’incliner face à une équipe de niveau très inférieur au sien.
Pétanque :Le terme tient son origine de « pieds tanqués », ou « pèstanquès », qui signifie « pieds posés tous deux sur le sol ».
Pet de vieille : Tir qui ne fait qu’effleurer la boule visée, sans la faire bouger.
Petit : équivalent de « but ».
Pièce : Faire un tirage au sort pour déterminer qui commencera. On parle de « faire la pièce ».
Pileton : Terme équivalent à « carreau », utilisé dans l’expression « faire un pileton ».
Plomber : Pointer en hauteur sa boule pour l’amener à tomber près du but, tout en l’immobilisant dès le choc sur le terrain.
Point de l’Anglais : Mauvais point, d’apparence, qui laisse croire à l’adversaire qu’il pourra facilement le récupérer.
Pointe : Remarque qui vise à perturber son adversaire.
Pointer : Lancer sa boule de manière à la placer le plus près du but, pour gagner le point.
Pointeur : Joueur qui s’attache à pointer.
Portée : Lancer sa boule vers le haut de manière qu’elle retombe près du but ou d’une boule, sans rouler. On emploie aussi l’expression « faire une portée », ou « portée de lapin ».
Porter les mises : Participer financièrement à des compétitions, sans être en mesure de gagner. On appelle ce type de joueur un « porteur de mise ».
Poule : Groupe qui rassemble trois ou quatre équipes lors d’une compétition. Les deux meilleures seront qualifiées pour le tour suivant. Une « poule de luxe » est constituée d’au moins trois grosses équipes.
Poussette : Rapprocher une ou plusieurs boules de son équipe vers le but, ou déplacer celui-ci.
Promenade de santé : Partie de niveau facile.
 
 
Racler : Action de frapper une boule qui tombe assez loin, malgré un tir court.
Rafle :Lorsque la boule est au ras du sol depuis le cercle de lancer, avant de toucher. Les joueurs qui utilisent cette technique s’appellent des « rafleurs ».
Rail : Appareil de détection de boules truquées ou irrégulières.
Rami : Lorsque la chance est avec le joueur et lui permet de réaliser un beau coup.
Raspaillette : Mot équivalent à « rafle », employé lorsque la boule tombe à 2 ou 3 mètres de la boule visée, et la chasse en roulant. Ce type de jeu n’est pas apprécié des spécialistes.
Râteaux : Terme équivaut de « boules truquées ». On dit « avoir des râteaux ».
Recul : Boule lancée qui plane et retombe à 45°, en frappant vivement la boule visée, cette dernière étant mise hors-jeu.
Rentrer en deux : Rapprocher du but sa boule ainsi qu’une autre, en les poussant après un tir.
Refente : Bousculer un ensemble de boules avec pour objectif d’arriver près du but. On emploie l’expression « faire une refente ».
Reprendre le point : Parvenir à faire mieux que son adversaire pour récupérer le point.
Rétro : Lorsque la boule de tir revient vers le joueur après l’impact. C’est l’opposé de « palet ».
Rétro pissette : Mouvement de poignet qui permet de donner de l’effet.
Rond : Cercle de lancer d’un diamètre de 50 cm, dans lequel les joueurs doivent se placer durant la partie. Il peut s’agir d’un rond tracé au sol, ou bien d’un cercle rigide.
Roulette : Rouler une boule sèchement jusqu’au but, près du cercle.
 
 
Sauter : « Sauter une boule » signifie faire tomber sa boule juste derrière la boule tirée. « Tirer à la sautée » s’utilise lorsque l’on tire une boule placée derrière une autre boule.
Sèche : Frapper une boule sans en toucher une autre très proche. On dit « Frapper une boule sèche ».
Serrer le jeu : Pointer ses dernières boules de manière à se défendre et éviter la perte de points.

 
 
Trou : Tir raté, qui touche le sol au lieu de la boule visée, et laisse une marque, c’est à dire le trou. On emploie l’expression « Faire un trou ».
Tâter : Analyser la trajectoire prévue de sa boule sur le terrain, en la gardant en main.
Tête-à-tête : Partie de pétanque composée de deux joueurs adversaires.
Téter : Boule immobilisée et collée au but.
Tirer : Lancer une boule de manière qu’elle frappe une boule de l’équipe adverse.
Tireur : Joueur spécialisé dans le tir.
TGV : « Envoyer un TGV » s’emploie lorsqu’une boule est pointée de façon trop forte.
Triplette : Ensemble de trois boules identiques. Ce terme désigne également une équipe composée de trois joueurs, tireurs et pointeurs.

 
 
Vol : « Faire un vol » est employé lorsqu’une boule emmène avec elle le but ou bien la boule pointée, de manière involontaire.
Vriller : Faire tourner une boule sur elle-même, en lui donnant de l’effet. Cette technique est plutôt utilisée sur des terrains sableux ou en pente.